Dr. Karine BERGEAULT

Identification de deux gènes NPR1chez les VITACEAE, analyse de leur diversité de séquences et interactions avec les facteurs de transcription VvTGA.

Soutenue en novembre 2010
Sous la direction de Bernard WALTER

La vigne est soumise à de nombreuses maladies impliquant l’utilisation de produits phytosanitaires en grande quantité dont l’utilisation est néfaste pour l’environnement et la santé des utilisateurs. Un enjeu est donc de développer des méthodes alternatives à la lutte chimique. La protéine codée par le gène NPR1 (Nonexpressor of pathogenesis-related gene 1) joue un rôle clef dans la résistance à large spectre chez les plantes. Des éliciteurs tels que l’acide salicylique ou des agents pathogènes influencent l’activation de NPR1 dans le cytoplasme. La translocation de NPRl dans le noyau et son interaction avec des facteurs de transcription TGA induit l’expression des gênes PR (Pathogenesis-related). Nous avons identifié sept homologues potentiels des gènes NPR1 et TGA chez Vitis vinifera (VvNPR1.1, VvNPR1.2, VvTGA1 à 5). L’étude de la diversité de séquences dans les exons de 15 accessions de Vitaceae indique qu’ils sont soumis à une forte pression de sélection purificatrice. De plus, l’analyse in silico des régions promotrices des VvNPR1 montre la présence, d’éléments cis-régulateurs potentiels, en réponse aux stress biotiques et abiotiques ainsi que des motifs de liaison à des facteurs de transcription. Une étude plus poussée des introns montre quelques éléments transposables et un faible polymorphisme dans six accessions de Vitis vinifera. Ces résultats argumentent en faveur d’une pression de sélection forte agissant sur ces gènes. Ceci nous a mené à formuler des hypothèses fonctionnelles et à réaliser une étude d’interaction avec les facteurs de transcription VvTGA1 et VvTGA4 par la technique du double hybride. Ces derniers n’interagissent pas avec VvNPR 1.1.